Ministère de l’Hydraulique et de l’Assainissement

Pour toute réclamation ➜ 81 800 10 12Nous Contacter ➜ ⎪ Le PNDDAA

Depollution de la baie de Hann : les bailleurs de fonds partagent une vision du financement du projet

Depollution de la baie de Hann : les bailleurs de fonds partagent une vision du financement du projet
Depollution de la baie de Hann : les bailleurs de fonds partagent une vision du financement du projet
13 mars 2018

Le financement du Projet de Dépollution de la Baie de Hann a fait l’objet d’un échange holistique entre l’ONAS et les différents bailleurs de fonds comme l’Agence Française de Développement (AFD), la Délégation de l’Union Européenne, les Pays-Bas à travers leur Ambassade à Dakar. L’enjeu de la rencontre a été décliné par celui qui est chargé des questions liées à l’eau et à l’assainissement à l’AFD de Dakar, Marlin Bourillet. « L’objectif de la réunion, c’est de coordonner les bailleurs, d’avoir une vision commune pour le financement du projet », renseigne Monsieur Marlin Bourillet au cours d’une réunion à laquelle ont pris part les représentants de l’Ambassade des Pays-Bas,  Monsieur Pierre Chapusette, Mesdames Uverdela Huisman, Heneka Vanhalf, et les représentants de la Délégation de l’Union Européenne, Messieurs Hernandez Placida, Jaubet Alain entre autres. La Direction Générale de l’ONAS compte inscrire ces genres de rencontres dans son agenda. « Nous voulons systématiser ces rencontres avec les partenaires aussi bien pour le projet de la Baie de Hann que pour les autres projets de l’ONAS », a annoncé d’emblée le Directeur Général de l’ONAS, Monsieur Lansana Gagny SAKHO.

Après son intervention, Moussa GUEYE de l’ONAS a levé le voile sur cet important projet du Gouvernement du Sénégal qui a comme toile de fond la dépollution d’une baie, qui était l’une des plus belles au monde. Aujourd’hui, cet écosystème a perdu son lustre d’antan. Dans sa présentation, il a mis l’accent sur les ouvrages qui seront construits. Il s’agit d’un collecteur intercepteur d’une longueur de 15 km et de diamètre variant entre 500 et 1200 mm avec la réalisation de 07 stations de pompage, la construction d’une station d’épuration de 25.000 m3 J/J extensible à 50.000 m3/J à l’horizon 2036, la réalisation d’un émissaire en mer de 3 Km de diamètre 1000 mm, la fourniture et la pose de 15 km de réseaux secondaires pour le raccordement des industriels.

Le paquet d’ouvrages est complété par la construction d’un réseau secondaire d’eaux usées en vue de la déconnexion des branchements clandestins, de 30 km de réseaux secondaires et de 2000 branchements domiciliaires, la construction d’un réseau d’assainissement du port entre autres. Selon les techniciens de l’ONAS, l’un des objectifs de ce projet, c’est de mettre à niveau des industries qui sont le long de la baie en matière de prétraitement. Il y a des normes de rejets à respecter. Le coordonnateur du Projet de Dépollution de la Baie de Hann, Monsieur Alassane Dieng, a livré quelques informations sur les appels d’offres notamment pour ce qui est de l’intercepteur. « Nous allons lancer un appel d’offres ouvert pour l’intercepteur », a mentionné Monsieur Alassane DIENG.

Les représentants de l’Ambassade du Pays-Bas ont exposé leurs modalités de financement des projets. Ils ont aussi voulu avoir une idée nette sur le traitement des eaux usées. « Le traitement secondaire est important. Il y a des conventions de déversement. Le paiement se fera en fonction du polluant », a fait savoir Monsieur Alassane DIENG. Le représentant de la Délégation de l’Union Européenne s’est réjoui de cette réunion et a suggéré que les points de blocage ayant conduit au retrait de certains partenaires soient clarifiés. Sur ce point, le Directeur Général de l’ONAS a répondu : « aujourd’hui toutes les inquiétudes de la BEI sont levées ». Il a été aussi question de la délégation de la gestion des ouvrages à un opérateur stratégique. Une autre rencontre est programmée vers la fin du mois de février. C’est une bonne note qui a sanctionné la rencontre.