Ministère de l’Hydraulique et de l’Assainissement

Pour toute réclamation ➜ 81 800 10 12Nous Contacter ➜ ⎪ Le PNDDAA

Accès à l’eau potable et à l’assainissement : le budget arrêté à 105.218.041.680 F CFA pour l’exercice 2018

Accès à l’eau potable et à l’assainissement : le budget arrêté à 105.218.041.680 F CFA pour l’exercice 2018
Accès à l’eau potable et à l’assainissement : le budget arrêté à 105.218.041.680 F CFA pour l’exercice 2018
11 janvier 2018

Le budget du Ministère de l’Hydraulique et de l’Assainissement a été arrêté à 105.218.041.680 francs CFA. La part des investissements s’élève à 98.920.430.000 francs CFA. Les députés ont salué les efforts du gouvernement pour améliorer l’accès à l’eau potable et à l’assainissement depuis 2012.

Le budget du Ministère de l’Hydraulique et de l’Assainissement a connu une hausse. Il est établi à 105.218.041.680 de francs Cfa pour l’exercice 2018 soit une hausse de 48.971.438.680 F CFA. La part des charges du personnel est de 957.548.680 F CFA, les dépenses des biens et services sont fixées à 432.631.000 francs CFA, les transferts courants sont évalués à 4.907.432.000 francs CFA alors que les investissements sont fixés à 98.920.430.000 francs CFA, soit une hausse de 45.679.001.000 francs CFA par rapport à l’exercice précédent. Cette augmentation s’explique par la poursuite de la mise en œuvre des grands projets aussi bien pour l’accès à l’eau potable que pour l’assainissement.

Au cours de cette séance, les députés ont plaidé pour l’approvisionnement des quartiers périphériques des centres urbains de l’intérieur comme à Louga et pour les villages traversés par les conduites des usines de Keur Momar Sarr.

Toutefois d’autres ont magnifié des efforts consentis par les autorités pour résorber les déficits en eau dans des grandes villes et aussi en matière d’assainissement. « Avec l’enveloppe de 800 milliards de francs Cfa et la mise en oeuvre des projets comme Kms3 et l’Usine de dessalement d’eau de mer, le Programme d’Assainissement de Dix Villes montrent que le Président de la République s’est engagé à résoudre de manière durable l’accès à l’eau potable et à l’assainissement », apprécie l’Honorable député Adji Bergane Kanouté.

Auparavant l’honorable député Abdoul Khadre Seck a magnifié les efforts de l’Etat pour satisfaire les besoins en eau et l’accès à l’assainissement des Sénégalais. En réponse aux interrogations, le Ministre de l’Hydraulique et de l’Assainissement, Monsieur Mansour Faye a présenté les actions qui seront engagées pour apporter des réponses aux doléances des populations. Dans l’hydraulique rurale, le Ministre a assuré que l’accès universel sera atteint en 2021. « Le taux d’accès est de 90 % et l’accès universel sera atteint en 2021. Le Sénégal compte 40.000 villages, il reste 4000 villages dont il faut s’occuper », mentionne le Ministre de l’Hydraulique et de l’Assainissement Monsieur Mansour Faye.

 

Le cadre de vie au cœur des débats

 

L’amélioration du cadre de vie a été au centre des débats. En dépit des progrès, certains ne comprennent pas pourquoi des problèmes persistent dans des villes comme Rufisque. « En 1976, un conseil interministériel sur l’assainissement de Rufisque a été tenu. Depuis lors, nous n’avons pas trouvé de solutions durables à l’assainissement de Rufisque. Nous souhaitons que cette question soit une priorité du Ministère de l’Hydraulique et de l’Assainissement », a plaidé l’Honorable député Seydou Guèye.

Sur ce sujet, la ville de Rufisque bénéficiera d’ouvrages structurants qui vont résoudre de manière nette les problèmes. Le Ministre a fait savoir que plus de 5 milliards de francs Cfa seront dépensés. « Rufisque est dans le programme des 10 villes. J’ai visité Rufisque. Il y a quelques mois mais aussi bien pour l’adduction d’eau que l’assainissement, il faudra la restructuration de certains quartiers », précise Monsieur Mansour Faye.

L’accès à ces services doit être étendu aux Sénégalais qui sont dans le monde rural. A cet effet, l’Honorable député Madické Niang a suggéré que les autorités prennent en considération les villages. Le Sénégal est inscrit sur cette voie. La Banque Mondiale supportera la réalisation des milliers de latrines dans des villages. « Avec le projet de la Banque Mondiale, nous allons améliorer les indicateurs en matière d’accès aux services de l’assainissement », répond Monsieur Mansour Faye.