Ministère de l’Eau et de l’Assainissement

Pour toute réclamation ➜ 81 800 10 12Nous Contacter ➜ ⎪ Le PNDDAA

 Centre Phillipe Maguilène Senghor de Yoff: Mesures hardies de l’Onas contre les inondations 

  Centre Phillipe Maguilène Senghor de Yoff:  Mesures hardies de l’Onas contre les inondations 
 Centre Phillipe Maguilène Senghor de Yoff: Mesures hardies de l’Onas contre les inondations 
16 juin 2020

L’Office national d’assainissement du Sénégal (Onas) ne veut plus d’inondation au Centre de santé Phillipe Maguilène Senghor de Yoff. La direction a visité, hier, les travaux d’une station de pompage pour l’évacuation des eaux en mer.

Aux premières heures de la matinée, le Centre de santé Philippe Maguilène Senghor ne désemplit pas. Les agents de nettoiement sont à pied d'œuvre. Ceux en charge de la sécurité filtrent les entrées. Passage obligatoire à la prise de température par thermo-flash. L'appareil affiche moins de 38 degrés ; l'autorisation d'entrée est ainsi délivrée. Sous des tentes faisant office d'espace d'accueil, accompagnants et patients se protègent contre les torrides rayons solaires. Cette quiétude ne serait pas possible en période d'hivernage. La structure est, depuis quelques années, en proie à des inondations. « Il suffit de dix minutes de pluie pour que l'hôpital soit inondé », constate le chef de district, devant le Directeur général de l'Office national de l'assainissement du Sénégal (Onas), Lansana Gagny Sakho. « Nous allons œuvrer pour mettre fin à ce problème, répond M. Sakho. Les deux hommes et leurs staffs observent les travaux en cours. Une dizaine d’agents sont séparés en deux groupes. Les uns munis de pelles déblaient et creusent, les autres s'occupent du ferraillage. C'est pour une station de pompage qui va soulager le centre de santé, selon Abidine Diakhaté, chef du département d’exploitation des villes de Rufisque et Dakar. « Nous travaillons pour isoler l'hôpital de ces canaux qui l'entourent. Nous allons mettre une station de pompage pour recueillir les eaux qui tombent dans le périmètre et les pomper directement vers la mer », explique-t-il. À l’en croire, il arrive que le canal déborde et inonde complètement l’infrastructure hospitalière en cas de fortes pluies », a ajouté M. Diakhaté

Des infrastructures de plus en plus agressées

Après avoir constaté l'état d'avancement des travaux d'assainissement à l'intérieur du Centre de santé Philippe Maguilène Senghor, le Dg de l'Onas et le chef de la structure sanitaire ont visité le canal de Yoff. C'est la source des malheurs de la structure hospitalière. Le grand tuyau d'évacuation des eaux usées et pluviales est assailli par des ordures de toutes sortes. Des bouteilles, des habits, des sacs sont visibles partout. « C'est incroyable », commente Lansana Gagny Sakho. En dépit d'une transformation en poubelles, ce vieux canal supporte le poids de plusieurs bâtiments. Des magasins et des maisons sont construits dessus. « Il y a un immeuble qui est construit sur l'emprise du canal. Et ça fragilise la structure du canal. Ça peut écouler, ça peut s'écrouler », regrette Abidine Diakhaté. Ce phénomène, dit-il, rétrécit le canal. Ce qui implique de grands problèmes de sécurité. « En 2015, nous avions eu un affaissement. Ça a failli créer des problèmes énormes à ce niveau », indique M. Diakhaté.

Source: 
le SOLEIL