Ministère de l’Eau et de l’Assainissement

Pour toute réclamation ➜ 81 800 10 12Nous Contacter ➜ ⎪ Le PNDDAA

Lancement des travaux de dépollution de la Baie de Hann : Coup d’envoi de la reconquête de la splendeur d’antan 

Lancement des travaux de dépollution de la Baie de Hann : Coup d’envoi de la reconquête de la splendeur d’antan 
Lancement des travaux de dépollution de la Baie de Hann : Coup d’envoi de la reconquête de la splendeur d’antan 
27 octobre 2020

Le vendredi 25 septembre 2020, le quai de pêche de Yarakh a été le point de convergence des autorités, des partenaires, des acteurs de la baie et des riverains pour le lancement des travaux d’assainissement du projet de dépollution de la baie de Hann. Présidant la cérémonie, le ministre de l’Eau et de l’Assainissement, Monsieur Serigne Mbaye THIAM, a lancé les travaux qui devront durer trois ans. D’un coût de 93 milliards (TTC) avec 73, 3 milliards de francs Cfa représentant le montant des travaux, ce projet permettra de faire retrouver à ladite baie sa splendeur d’avant. 

 

Avec le grand chapiteau installé à ses côtés pour la circonstance, le quai de pêche de Hann s’est paré de ses plus beaux atours et a déroulé le tapis rouge aux autorités, partenaires entre autres acteurs pour cette grande cérémonie. Ce vendredi 25 septembre 2020, même la baie polluée a offert un visage plus radieux avec la séance de régate des pêcheurs en face de la tente abritant la cérémonie officielle de lancement du pro- jet de dépollution de la baie de Hann. Ces derniers qui ont attendu ce moment pendant plus de 20 ans n’ont pas caché leur joie. Et l’ont exprimé à travers des courses de pirogues. Cette baie qui faisait partie des plus belles du monde a perdu depuis longtemps sa splendeur du fait des déchets solides et liquides (dont des rejets industriels) qui ont fini par la polluer alors qu’elle était un endroit prisé par les touristes de Dakar mais aussi par les baigneurs, plongeurs entres autres. Le Ministre de l’Eau et de l’Assainissement, Monsieur Serigne Mbaye THIAM a lancé les travaux en présence des Ambassadeurs de France, son Excellence Phillipe LALLIOT, des Pays-Bas, Son Excellence Joan WIEGMAN, de la Chine, son Excellence Xiao HAN et de l’Union Européenne (UE), son Excellence Madame Irene MIN- GASSON mais aussi du Directeur général de l’Office National de l’Assainissement du Sénégal (ONAS), Monsieur Lansana Gagny SAKHO, des Maires de la baie etc.

Le Ministre Monsieur Serigne Mbaye THIAM a affirmé, dans son discours, qu’avec ce projet, l’espoir de la population résidente mais aussi celle s’activant au niveau de la baie va se concrétiser après plus de 20 ans d’attente. Le Ministre assure que «dans trois ans, la baie sera dépolluée avec un système d’assainissement adéquat». D’après le Ministre, le projet engendrera une amélioration no- table des conditions de vies des populations riveraines tout en réduisant les incidences des maladies hydriques. «Le projet est un levier pour faire avancer la réforme en cours dans le secteur par l’introduction du principe pollueur-payeur, à travers l’application de la redevance assainissement industriel et la mise en place de mécanisme de prétraitement des eaux par les industriels», a indiqué le Ministre de l’Eau et de l’Assainissement.

 Le coût global du projet TTC est de 93 milliards de francs Cfa, a révélé le Ministre. Dans cette enveloppe 26,6 milliards sont inscrits dans le budget de l’Etat du Sénégal y compris 22,7 milliards de taxe. Les 73, 3 milliards représentent le coût des travaux hors taxe. Le financement est composé de 34,8 milliards de prêt de l’AFD, de 13,1 milliards francs Cfa de subvention non remboursable des Pays- Bas, de 9,1 milliards de francs Cfa de subvention non remboursable de l’Union Européenne et de 9,4 milliards de francs Cfa de prêt en négociation presque bouclée auprès de Banque Chinoise de Développement. 

MONSIEUR SERIGNE MBAYE THIAM, MINISTRE DE L’EAU ET DE L’ASSAINISSEMENT 

« Ce projet traduit l’engagement du Président Macky SALL en faveur de l’assainissement » 

L’assainissement est un secteur priori- taire du gouvernement. L’affirmation est du Ministre de l’Eau et de l’Assainisse- ment, Monsieur Serigne Mbaye THIAM qui a présidé la cérémonie de lancement des travaux de la dépollution de la baie de Hann, le vendredi 25 septembre 2020, au quai de Hann village. « Ce pro- jet est la traduction d’un fort engagement du Chef de l’Etat, le Président Macky SALL, en faveur de l’assainissement, un des cinq accès universels et un domaine d’intervention prioritaire du PAP2A, du Plan Sénégal Emergent », a souligné le Ministre. En outre, le projet de dépollution de la Baie de Hann aura un impact certain sur la vie des riverains. C’est la conviction du Ministre de l’Eau et de l’Assainissement qui a énuméré quelques retombées de la mise en œuvre de ce projet tant attendu par des habitants des communes traversées. « Avec ces réalisations, le projet engendrera une amélioration notable des conditions de vie des populations riveraines de la baie et réduira les incidences des maladies hydriques. Il permettra d’améliorer significativement la qualité des eaux de la baie, ce qui favorisera le renouvelle- ment de l’écosystème et le développe- ment de l’investissement portuaire », a avancé Monsieur le Ministre qui a indiqué que l’assainissement des eaux du Port Autonome de Dakar est pris en charge dans le cadre de la mise en œuvre de ce projet. « Les eaux usées en provenance du Port sont prises en compte dans le dimensionnement des infrastructures de transfert. Au-delà, le projet est un levier pour faire avancer la réforme en cours dans le sous-secteur, par l’introduction du principe « pollueur-payeur » à travers l’application de la redevance d’assainissement industriel et la mise en place de mécanismes de prétraitement par les industriels », a relevé le Ministre. 

MADAME IRENE MINGASSON, AMBASSADEUR DE L’UE AU SENEGAL 

« Ce projet est un emblème du PSE vert et de la croissance verte »  

L’Ambassadeur de l’Union Européenne au Sénégal, Madame Irène MINGASSON met leur engagement sur le compte de la protection notre planète dont la dégradation a des incidences négatives sur notre cadre de vie et sur notre santé. Pour l’Ambassadeur, cette crise sanitaire a mis en évidence des interrelations entre la dégradation de l’environnement et la recrudescence des maladies virales. «Ce projet illustre comme aucun autre notre engage- ment conjoint sur cet impératif que nous partageons : promouvoir un Sénégal plus vert et plus propre à l’image de l’ensemble de notre planète. Ce projet améliorera directement la qualité de l’environnement de la population dakaroise », a laissé entendre Madame Irène MINGASSON, Ambassadeur de l’Union Européenne au Sénégal qui a également invoqué le fait que la crise de la Covid-19 a mis en évidence plus que jamais le lien indissociable entre un environnement sain et la santé de chacun. 

Et, dépolluer la baie de Hann, croit-elle, contribuera de manière substantielle à renforcer ce bien positif. Elle considère que l’épidémie de la Covid-19 qui a frappé nos familles, nos sociétés et qui a affecté nos économies n’a fait que exacerber les défis multiples et complexes qui existent déjà. « Il va de notre responsabilité commune mais aussi de l’avenir de nos enfants de stopper la dégradation de notre environnement dont dépend aussi notre santé. Si nous le souhaitons vrai- ment, nous sommes en mesure d’agir en- semble sur ce défi de santé publique qui comporte aussi des arguments économiques forts », a défendu son Excellence, Irène MINGASSON. En plus, la diplomate range cette dépollution sur le registre de la nouvelle vision politique du Sénégal : celle de donner plus de place à la préservation de l’environnement. « Ce projet est un emblème de la vision du PSE vert et de la croissance verte. L’agenda vert et le 

pacte vert sont plus que jamais centraux pour l’UE. Je me félicite de l’engagement ; de l’esprit d’équipe de cette Team européenne autour de cette baise de Hann», a souligné Madame Irène MINGASSON. 

SON EXCELLENCE MONSIEUR PHILIPPE LALLIOT, AMBASSADEUR DE FRANCE AU SENEGAL 

« Nous avons tous le rêve d’une plage débarrassée de ces ordures » 

L’Ambassadeur de France au Sénégal, son Excellence Monsieur Philippe LALLIOT, a exprimé sa « grande fierté » de prendre part au lancement du projet de dépollution de la baie de Hann. Cette cérémonie signe, selon lui, la concrétisation de « ce projet essentiel » attendu depuis plus de 20 ans. « Nous avons tous un rêve, celui d’une plage débarrassée de ces ordures, d’un environnement pro- pre pour les populations et d’un lieu qui combinerait, dans un par- fait équilibre, les activités économiques et le tourisme », a-t-il déclaré. Il a alors indiqué que la contribution de la France à ce système d’assainissement collectif s’élève à environ 23 milliards de francs Cfa, soit un peu plus de 35 millions d’Euros. La conviction de l’Ambassadeur de France au Sénégal est que la réalisation de ces travaux aura un impact sur les populations qui se trouvent sur le tracé. Monsieur Philippe LALLIOT a alors salué les efforts consentis par les autorités sénégalaises pour le dédommagement des 1300 personnes impactées avec le concours financier de son pays d’un montant d’un million d’Euros. Toutefois, il n’a pas manqué de relever deux défis majeurs. Le premier est relatif à la pérennisation des ouvrages avec la maintenance et à la protection des équipements. Il s’agit là, souligne-t-il, d’un «effort considérable à poursuivre dans la durée». Le deuxième défi, croit savoir l’Ambassadeur de France au Sénégal, est lié au fait que «la baie ne retrouvera son éclat que si les travaux d’assainissement du Port Autonome de Dakar (PAD) sont effectifs ». A cet effet, il a magnifié la signature de la convention entre l’Office National de l’Assainissement du Sénégal (ONAS) et le PAD. 

SON EXCELLENCE MADAME JOAN WIEGMAN, AMBASSADEUR DES PAYS-BAS AU SENEGAL 

« C’est un projet inédit, et sans égal en Afrique subsaharienne » 

A l’image des autres Partenaires au développement, les Pays-Bas ont beaucoup contribué au projet de dépollution de la baie de Hann. «La présente cérémonie incarne le véritable début de la réhabilitation de l’écosystème de la baie de Hann, un projet inédit, et sans égal en Afrique subsaharienne», déclare son Excellence Madame Joan WIEGMAN, l’Ambassadeur des Pays-Bas au Sénégal. Pour elle, cette initiative va permettre à 500.000 personnes d’avoir un meilleur cadre de vie et surtout de retrouver «l’intégrité environnementale» de la baie de Hann. «En cette ère de Covid-19 et de changement climatique, les projets que nous mettons en œuvre doivent contribuer à un monde plus vert et plus durable», ajoute-t-elle, précisant que le sixième Objectif de développement durable (ODD) fait référence à l’accès à l’eau et à l’assainissement notamment une gestion durable des ressources en eau. A la faveur d’une subvention non remboursable de 20 millions d’Euros, soit plus de 15 milliards de francs Cfa dédiée au financement du projet de dépollution de la baie de Hann, elle affirme que son pays souhaite contribuer à l’atteinte par le Séné- gal de cet ODD. «Nous sommes fiers de voir que c’est grâce à ce don que les premiers travaux vont démarrer. Cet engagement de la Team Europe est un résultat de notre détermination à accompagner le Sénégal dans une marche plus soutenue vers son développement économique et social. J’ai hâte de contempler le résultat final», sou- ligne son Excellence Madame Joan WIEGMAN. 

SON EXCELLENCE MONSIEUR XIAO HAN, AMBASSADEUR DE CHINE AU SENEGAL 

« Ce projet améliorera considérablement l’environnement delabaiedeHann» 

Dans son intervention, à l’occasion du lancement du projet de dépollution de la baie de Hann, l’Ambassadeur de Chine au Sénégal, son Excellence Xiao HAN, a félicité les autorités sénégalaises en considérant que cette initiative vise à améliorer le cadre de vie et le bien-être des populations. Selon lui, le lancement de ces travaux est « le fruit du travail acharné mené par le Ministère de l’Eau et de l’Assainisse- ment du Sénégal, du Gouvernement sénégalais et de tous les Partenaires techniques et financiers (PTF). Son Excellence Xiao HAN rappelle que «travailler pour le bien-être du peuple est une priorité de la coopération sino-sénégalaise». C’est pour cette raison que la Chine a répondu à l’appel du Gouvernement sénégalais pour ce projet. Il reste alors convaincu que «la mise en œuvre de ce projet améliorera considérablement l’environnement de la baie de Hann», notant que les relations sino-sénégalaises sont en mode Fast-track ces dernières années. «Les échanges et les coopérations ne cessent de progresser», apprécie son Excellence l’Ambassadeur de Chine au Sénégal. Dans le même sillage, il précise que cette année marque le 15ème anniversaire de la reprise des relations diplomatiques entre la Chine et le Sénégal, et le 20ème anniversaire de la création du Forum de coopération Chine-Afrique. «La Chine continuera à promouvoir la coopération avec le Sénégal», promet-il. 

MONSIEUR ABDOULAYE POUYE, MAIRE DE MBAO, PORTE-PAROLE DES MAIRES DE LA BAIE DE HANN 

« Les maires magnifient la clairvoyance et la démarche participative des autorités » 

Désigné porte-parole des maires de la baie de Hann, Monsieur Abdoulaye POUYE, l’édile de la commune de Mbao, a souligné que le lance- ment des travaux de dépollution de la baie de Hann est «un jour historique». Il a fait savoir que les maires de la baie «magnifient la pa- tience, la clairvoyance et la démarche participative des autorités de ce pays, plus particulièrement des Directeur Généraux de l’ONAS, Mes- sieurs Alioune Badara DIOP et Lansana Gagny SAKHO». Cette approche a convaincu une partie des populations qui avaient manifesté une certaine réticence auparavant. Monsieur Abdoulaye POUYE a déclaré lors du lancement des travaux que les maires dans leur ensemble ont assuré qu’ils s’engagent pour ce beau et utile projet, d’accompagner les travaux, d’entretenir et de protéger les installations mais aussi de veiller sur l’assiette foncière. Cependant, il a rappelé qu’à Mbao, les populations posent le problème de l’avancée de la mer, craignant que l’ouvrage ne soit englouti par les houles ou que le trop-plein de la mer ne soit dévié vers le village. Ses administrés souhaitent aussi la restructuration et la régularisation foncière des villages traditionnels de Grand Mbao, Keur Mbaye Fall, Kamb et Rue 10. 

MONSIEUR BABACAR MBENGUE, MAIRE DE HANN BEL AIR 

« Nous ne pouvons pas nous empêcher de pousser un grand ouf de soulagement » 

En tant que Maire de la commune qui a abrité la cérémonie de lancement des travaux et qui a donné son nom à la baie, Monsieur Babacar MBENGUE n’a pas caché sa joie. Après une longue attente, il a exprimé son bonheur de voir le démarrage des travaux qui vont changer le vi- sage «de la baie emblématique qui est sans doute notre plus grand patrimoine». «Voilà une vingtaine d’années que nous attendions ce grand événement, que nous appelions de nos vœux le démarrage effectif des travaux de dépollution de la baie de Hann. L’attente a été si longue que nous ne pouvons pas nous empêcher de pousser un grand ouf de soulagement. C’est vous dire toute la joie et la fierté des populations de Hann Bel Air, commune choisie pour abriter cette cérémonie importante», a souligné le Maire de Hann Bel Air. Ce dernier espère qu’à l’issue des travaux, ladite baie pourra retrouver son lustre d’antan au grand bonheur des populations. Compte tenu de cette progression dans le projet, il a adressé les remerciements de la population de Hann Bel Air au Président de la République, son Excellence Macky SALL et au staff de Monsieur Lansana Gagny SAKHO, Directeur Général de l’ONAS pour la concrétisation de ce vieux projet. 

MONSIEUR NDIAGA NIANG, MAIRE DE THIAROYE SUR MER 

« Maire depuis 2002, j’ai constaté que l’engagement des autorités actuelles pour ce projet n’a pas d’égal » 

Le Maire de Thiaroye Sur Mer, Monsieur Ndiaga NIANG, très heureux de voir le projet de dépollution de la Baie de Hann aboutir, a confié qu’en tant que premier magistrat de sa commune depuis 2002, il a constaté avec Monsieur Lansana Gagny SAKHO que «l’engagement des autorités actuelles pour ce projet n’a pas d’égal». Sur les 15 kilomètres de la baie à dépolluer, les 6 se trou- vent dans l’espace communal de Thiaroye Sur Mer. Il s’est réjoui du fait que sa commune va bénéficier de ce projet, notamment de l’assainissement. Sur les attentes, de la commune de Thiaroye sur Mer, les populations de- mandent à être intégrées dans le projet de restructuration et de régularisation foncière et de maximiser les branchements domiciliaires. M. NIANG plaide aussi pour l’utilisation de la main d’œuvre locale dans les travaux mais aussi dans la communication sociale, de tenir compte des impacts négatifs du projet dans les communautés sans oublier les doléances des bénéficiaires du système collectif de Thiaroye Azur. 

MONSIEUR AMADOU SECK, PRESIDENT DE L’UPIC 

« Les industriels sont engagés pour la réalisation de la dépollution delabaiedeHann» 

L’Union des Prestataires des Industries et des commerçants du Sénégal (UPIC) a apprécié à sa juste valeur la démarche adoptée par l’ONAS dans la conduite du projet de dépollution de la baie de Hann. Au cours de la cérémonie de lancement, le Président de l’UPIC, Mon- sieur Amadou SECK a réitéré leur engagement à ne ménager aucun effort pour la réussite de la restauration de la baie. «Nos organisations professionnelles se sont toujours engagées et sont fortement mobilisées pour la réalisation effective du projet de dépollution de cette baie », a assuré le Président de l’UPIC, Monsieur Amadou SECK. Par la suite, il a signifié que les 120 entreprises que compte leur organisation pèsent un chiffre d’affaire de 1.500 milliards de francs CFA. « L’engagement de notre organisation s’est matérialisé par la signature en mars 2010 du protocole d’accord pour la mise en œuvre du principe pollueur-payeur. Ce fut une innovation de taille satisfaisant aux exigences d’efficacité économique, de rationalité écologique et d’équité sociale », a évoqué Monsieur Amadou SECK. Il est prévu la mise aux normes de 80 % des unités industrielles de la région de Dakar qui doivent être dotées d’unités de prétraitement. « L’UPIC a contribué de façon significative à d’importants travaux menés sur l’élaboration des conventions de déversement des effluents industriels en 2014. Nous osons espérer que les préoccupations exprimées par le secteur privé sur les mécanismes d’accompagnement technique occuperont une place de choix dans les orientations stratégiques du projet », a formulé Monsieur Amadou SECK. 

Les détails du projet qui changera le visage de 9 communes 

Avant les allocutions des autorités, le chef du Projet, Mon- sieur Moussa GUEYE, a détaillé les travaux qui devraient transformer le visage de la baie de Hann et des 9 communes concernées. Il s’agit de Hann Bel Air, Dalifort, Mbao, Thiaroye Sur Mer, Diamaguène Sicap Mbao, Guinaw-Rail Sud, Guinaw-Rail Nord, Tivaouane Diacksao, Thiaroye Gare. Ce projet permettra d’installer un intercepteur principal de 14 975 ml et de réaliser 7 stations de pompage. Il est prévu aussi la réalisation d’une station d’épuration, d’un émissaire marin de 3 kilomètres pour le déversement des eaux traitées, la réalisation de 15 kilomètres de réseaux secondaires pour le raccordement des industriels, l’asséchement du Canal 6 et l’installation de 30 kilomètres de réseaux secondaires et 2000 branchements domiciliaires pour le raccordement des populations. Monsieur Moussa GUEYE a expliqué aussi que dans le cadre dudit projet, il y aura l’assainissement du Port Autonome de Dakar avec le drainage des eaux usées et plu- viales. Cela va avoir un impact significatif sur la vie de 500. 000 personnes qui auront accès à un assainissement adé- quat en plus de du raccordement de 120 industriels au ré- seau d’assainissement.